Deux ans après, la Syrie ou la lutte permanente

Image

traduction de l’image : le vendredi de la femme syrienne révolutionaire  

Le peuple syrien en lutte continue deux ans après le début du processus révolutionnaire syrien son combat contre le régime dictatorial et criminel des Assad. Il est important de rappeler que le processus révolutionnaire syrien, avec bien sûr ses propres caractéristiques comme chaque pays, s’inscrit malgré tout dans les dynamiques des mouvements de la région qui prennent leur source dans l’absence de démocratie et de justice sociale, représenté par les slogans demandant « la liberté et la dignité ». Il ne s’agit en effet pas d’une guerre civile sectaire ou d’un conflit entre deux parties égales comme l’entendent et le décrivent les médias internationaux ou encore un complot international contre le régime Assad soi disant « résistant » pour d’autres, parfois se prétendant « camarades ».  Le mouvement populaire en Syrie n’a cessé de répéter son refus du confessionnalisme et de sa volonté de renverser le régime Assad pour construire une société démocratique, sociale et sans discriminations. Le slogan « le peuple syrien est un et uni » reste présent à travers le pays, tandis que les nombreuses déclarations des comités populaires contre le confessionnalisme démontre la volonté d’émancipation de larges sections du mouvement populaire syrien. 

Dans la lutte continuelle et permanente du peuple syrien contre le régime, il doit également faire face à d’autres menaces.  Les soi disant soutiens internationaux et régionales qui se présentent comme les « amis de la Syrie » veulent pour les premiers imposer une solution par le haut qui maintiendrait la structure du régime sur le modèle de la solution yéménite( on change la tête du régime tout en maintenant la structure du régime intacte), solution d’ailleurs soutenu par les fidèles soutiens du régime syrien l’Iran et la Russie, tandis que les seconds, Arabie Saoudite et Qatar en tête, veulent transformer cette révolution populaire en guerre sectaire car ils craignent en effet une propagation de la révolution dans la région qui menacerait leur pouvoir et leurs intérêts. La transformation de la nature de la révolution en une guerre sectaire leur permettrait aussi de faire peur à leurs propres populations de la façon suivante: tout changement dans la région est susceptible de provoquer des guerres sectaires et nous devons donc encourager le statu quo, en d’autres termes, le maintien des pouvoirs dictatoriaux.

Ces régimes qui sont le centre de la contre révolution financent des groupes islamistes extrémistes comme l’organisation du Jabhat al Nusra qui ont une idéologie sectaire et réactionnaire en contradiction avec l’esprit de la révolution, et ils tentent souvent aussi de diminuer ou réduire le rôle des comités populaires, parfois par la violence.

La position des Etats Unis traduit à merveille cette situation en refusant de fournir des armes aux groupes liés à l’armée syrienne libre, tout en donnant son accord à l’envoi d’armes par les pays du golfe aux groupes islamistes extrémistes non liés à l’armée syrienne libre très souvent. La résistance armée populaire représente un moyen important du peuple syrien et il est absolument nécessaire d’aider les composantes de l’armée syrienne libre, encore aujourd’hui majoritaire mais en manque cruel de moyens financiers et en armes, s’inscrivant dans l’esprit de la révolution et dans la volonté d’établir une démocratie civile, sociale et sans aucune discrimination, quelle soit ethnique, confessionnelle, de genre, etc…

La position rhétorique adoptée par certains pays européens tout récemment concernant l’envoi d’armes reste encore à être matérialisés, comme les aides et les promesses de dons antérieurs non fournies.

Toutes ces menaces ont le même objectifs : empêcher le changement radical par le bas par le peuple révolutionnaire syrien. Ces interventions externes et menaces internes visent l’auto organisation des masses révolutionnaires qui ont établi et développer les expériences des comités populaires à travers le pays au niveau des villages, quartiers, villes et régions. Ces comités populaires sont la véritable colonne vertébrale du mouvement et de la résistance, allant de l’organisation des manifestations, de l’aide humanitaire, de l’accueil des réfugiés, à la formation scolaire des enfants et adolescent-e-s.  Dans les régions libérées de la domination du régime, ce sont les comités populaires qui sont en charges de tous les services à la population. 

Ces comités populaires en coordination avec la résistance armée populaire continuent à être la base  de la résistance contre le régime, et tout ce qui menace ces deux aspects menaces l’existence du mouvement populaire et donc le processus révolutionnaire.

Face à cette situation, le peuple syrien en lutte continue sa résistance permanente pour un changement radical et refuse toute ces interventions de l’extérieur qui veulent imposer des solutions qui maintiendraient la structure du régime comme nous avons pu le constater avec des manifestations importantes et de nombreuses déclaration refusant la proposition de dialogue du nouveau président de la Coalition Nationale Syrienne  Moaz Khatib avec le régime. Durant les manifestations du vendredi 8 février 2013, de nombreux-euses manifestant-e-s brandissaient d’ailleurs des pancartes disant « nous négocierions seulement sur le départ du régime ».  Le peuple syrien n’acceptera rien de moins.

De la même manière, le mouvement populaire refuse toute soumission à nouvelle forme d’autoritarisme imposée par les groupes comme Jabhat al Nusra et autres dans certaines régions libérées. Les attaques de ces derniers contre des organisateurs des comités populaires ont été condamnés et résistés par les populations locales comme à dans le quartier de Bustan Qasr à Alep ou également à dans la ville de Mayadine à l’est de la Syrie, dans laquelle les habitants ont manifesté et continuent à manifester pour réclamer le départ de Jabhat al Nosra bien implantés dans la zone. Ils protestent contre l’imposition de la loi islamique après la mise en place par le Jabhat al-Nosrad’un conseil religieux et d’une police religieuse pour gérer les affaires à Mayadine, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). De même les techniques utilisées par Jabhat al Nusra, attentats suicides, ont été condamnés par de larges composantes du mouvement populaire syrienne ( voir : https://syriafreedomforever.wordpress.com/2012/11/28/position-autour-jabhat-al-nusra-ses-semblables-et-les-attentats-suicides/).

Il est évident que tout groupe, religieux ou laic, voulant imposer un nouveau système autoritaire et contraire au processus révolutionnaire seront résistés et sûrement balayés par les masses en lutte.

Cette révolution orpheline de véritable soutien des pays régionaux et internationaux ne démoralise néanmoins pas les syriens et syriennes qui continuent leur lutte de manière permanente pour la liberté et la dignité et cela face à une répression terrible. La victoire de la révolution syrienne permettra le développement de situations révolutionnaires dans les pays voisins tandis qu’elle approfondira le processus révolutionnaire dans les autres pays.  La résistance et le courage du peuple syrien est une inspiration pour tout révolutionnaire se battant pour un monde plus juste, et nécessite donc une solidarité des peuples en luttes au niveau mondial. Nos luttes sont liées et chaque victoire d’un peuple pour son émancipation a des répercussions pas seulement régionale mais internationale. C’est dans cette dynamique le concept de révolution permanente prend tout son sens.

Comme il y a deux ans, le peuple syrien continue à chanter « le peuple syrien ne se soumettra pas » (شعب سوري ما بينزل).

Vive la révolution Syrienne ! Vive les peuples en lutte ! 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s