Palestine, ou la résistance continue

10480688_758311364192094_6768153849395182950_n

Il a fallu l’annonce de l’assassinat de 3 jeunes colons israéliens, que nous déplorons, après leur kidnapping dans la Zone C dans les territoires occupés palestiniens de la Cisjordanie contrôlé par l’armée d’occupation israélienne pour revoir la Palestine au centre de l’actualité. Depuis les médias internationaux ont présenté la situation en Palestine comme étant entré dans un nouveau cycle de violence, ignorant les violations et attaques quotidiennes de l’Etat sioniste contre les palestinien-nes.

Il faut savoir qu’en plus de la continuation de la politique de colonisation, d’Apartheid, d’expulsion et de l’occupation de l’Etat sioniste contre la population palestinienne, un total de 22 civils palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes depuis le début de l’année 2014, tandis que 1226 palestiniens ont été blessé-es, et 629 ont été déplacé-es de force.

Punition collective des palestinien-nes

Depuis le kidnapping des jeunes colons israéliens, qui vivaient dans colonies qui ont été construits sur des terres volées par l’Etat sioniste aux palestiniens du village de el-Khader, le 12 juin, l’armée d’occupation israélienne a mis en place une politique de punitions collective, comme à son habitude, à l’encontre des les palestinien-es tandis qu’Israël continue à se présenter comme la victime assiégée… Au moins 10 Palestiniens ont été tués et plusieurs autres ont été blessés, tandis que plus de 500 Palestiniens ont été arrêtés, dont plus de 80 sont détenus sous le label de « détention administrative », une forme de détention sans inculpation ni jugement. Le nombre d’enfants détenus dans les prisons israéliennes a augmenté à 250. L’armée d’occupation israélienne a également imposé de sévères restrictions de mouvement en Cisjordanie, tandis qu’elle perquisitionné plus de 1000 maisons et des universités, saccageant plusieurs d’entre elles.

Israël a également mené plus de 100 attaques aériennes contre la bande de Gaza avec des bombardements intenses visant des dizaines de sites et qui ont d’ailleurs mené à la mort de 8 membres du Hamas dans la nuit du dimanche 6 juillet. Pour rappel, la Bande de Gaza est toujours soumis à un blocus qui dure depuis plus de 7 ans.

Appel à la haine et meurtre

A la suite de l’annonce de la mort des trois jeunes colons, une campagne médiatique massive et raciste, qui s’inscrit dans un racisme institutionnel profond et promu par l’Etat d’Israel depuis longtemps, d’appel aux meurtres des Arabes et des Palestiniens au sein de la société et de l’armée israélienne n’a cessé de grandir. L’avocate israélienne et figure du parti Habeyit Hayehudi (Jewish Home), qui fait partie de la coalition au pouvoir en Israël, Ayelet Shaked a par exemple publié sur Facebook un appel au génocide des Palestiniens à la suite de l’assassinat des colons. Elle a notamment déclaré que «tout le peuple palestinien est l’ennemi » et justifie sa destruction, y compris des personnes âgées et des femmes, des villes et des villages, de leurs biens et de leurs infrastructures.”

Des manifestations ont eu lieu dans différentes villes israéliennes appelant aux meurtres des arabes tandis que plusieurs Palestiniens de 1948, ont été lynchés en publique par des groupes de jeunes israéliens. Ces scènes rappelaient les rassemblements de lynchage dans les Etats du Sud des Etats Unis contre les populations noires à chaque fois qu’une personne de couleur blanche était retrouvé morte. Cette atmosphère de pogrom a d’ailleurs mené à l’assassinat du jeune palestinien de 16 ans, Mohammed Abu Khdeir, issu d’un quartier de Jérusalem-Est annexé et occupé par Israel, qui a été enlevé et brûlé vif par un groupe de jeunes israéliens. Le garçon a “été brûlé de l’intérieur et de l’extérieur, car il a probablement été forcé à boire du carburant”, a déclaré le ministre palestinien chargé de Jérusalem, Adnane al-Husseini. Les medias israéliens avaient tenté de couvrir l’histoire en expliquant par une propagande mensongère que le jeune garçon avait été assassin à cause de “son orientation sexuelle” ou en raison d’un querelles de clan. La police n’a admis que plus tard, après plusieurs jours que l’assassinat du jeune Palestinien pourrait avoir eu des raisons politiques sans ne rien divulguer l’affaire étant soumise à la censure.

La police israélienne a également arrêté son cousin Tareq Abou Khdeir, âgé de 15 ans et citoyen américain, après l’avoir battu. Il comparaîtra devant un tribunal de Jérusalem dimanche. A la suite de cette affaire, de nombreuses manifestations de Palestinien-nes de 1948, à l’intérieur d’Israel, ont eu lieu pour protester et dénoncer les politiques israéliennes. Depuis le meurtre de Mohammad Abou Khdeir, plusieurs rassemblements ont aussi été organisés par des organisations antiracistes à Jérusalem, Tel-Aviv et Haïfa.

Faire avancée les intérêts de l’Etat sioniste

Le gouvernement du premier ministre Netanyahu n’a pas tardé à utiliser l’assassinat des 3 jeunes colons pour réprimer les palestiniens encore davantage et faire avancer certains objectifs du gouvernement. Le 30 Juin, Netanyahu et le ministre de la Défense Yaalon a notamment proposé de « venger » les 3 jeunes colons assassinés par la construction de nouvelles colonies – en leur honneur.

Netanyahu a surtout utilisé cette affaire pour tenter de mettre à mal la réconciliation Hamas-Fatah en accusant le Hamas d’être responsable du meurtre des jeunes colons. Les dirigeants du mouvement islamiste n’ont cessé de nier leur implication dans leur enlèvement et leur assassinat, mais le Hamas a néanmoins dû en subir les conséquences. Durant le mois de juin et à la suite du kidnapping des 3 jeunes colons, 335 de ses membres ont été arrêtés par Tsahal après une vaste offensive en Cisjordanie. Les auteurs de l’assassinat des 3 jeunes colons, deux palestiniens originaires d’Hébron, étaient bien membre du Hamas et ont été par le passé emprisonnés par l’armée d’occupation d’Israël ont agit selon la plupart des informations de leur propre chef. En effet les dirigeants du Hamas, qui en plus d’avoir tous nié leur responsabilité dans cette affaire, sont dans une position de faiblesse, notamment à cause du blocus à Gaza et à la double répression de l’Autorité Palestinienne et d’Israel en Cisjordanie, et ne cherchent pas la confrontation avec l’Etat d’Israel actuellement.

De son côté l’Autorité Palestinienne (AP) a continué sa coopération sécuritaire et politique avec l’Etat d’Israel et a aidé les soldats israéliens en attaquant les jeunes palestiniens dans le centre de Ramallah au début de l’opération de punition collective israélienne. Après plusieurs jours, Mahmoud Abbas président de l’AP est finalement sorti de son silence pour dénoncer les crimes d’Israel et exiger de mette fin “immédiatement” à la vaste opération aérienne lancée durant la nuit de lundi à mardi contre la bande de Gaza. Il a aussi demandé à la communauté internationale d’”intervenir immédiatement pour arrêter la dangereuse escalade qui pourrait provoquer davantage de destruction et d’instabilité dans la région”.

Conclusion

Nous rappelons notre solidarité avec le peuple palestinien en lutte pour son auto détermination et son émancipation contre l’Etat sioniste. Nous appelons également au soutien total à la campagne BDS qui continu à connaître des succès, avec notamment le désinvestissement de plusieurs millions de dollars par la Fondation Bill Gates, l’église Presbytérienne et méthodiste des Etats Unis de sociétés bénéficiant de l’occupation israélienne, dont la compagnie de sécurité G4S et Hewlett Packard.

En même temps, ces événement nous rappellent que la seule solution véritable à la question palestinienne et à la question juive est la destruction de l’Etat colonial, d’Apartheid et d’occupation d’Israel, qui n’a jamais apporté la sécurité à la population juive d’Israel et d’ailleurs, bien au contraire, et l’établissement d’un Etat démocratique, sociale et laïque dans la Palestine historique de 1948 pour tous (Israéliens et Palestiniens) sans aucune forme de discrimination et dans lequel tout palestinien, qu’il soit réfugié interne ou réfugié dans des pays étrangers, a le droit de retourner sur ses terres et sa maison d’origine desquelles ils ont été déplacés de force en 1948, 1967 et après.

Et bien sûr, dans le même cadre, il est également nécessaire de renverser tous les régimes autoritaires de la région qui sont complices de la souffrance du peuple palestinien.

Vive la Palestine Libre

One thought on “Palestine, ou la résistance continue

  1. Pingback: La Bande de Gaza détruite, mais le peuple palestinien est debout et victorieux ! | Syria Freedom Forever – سوريا الحرية للأبد

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s