Commentaire sur la manifestation annulée du 11 mai 2016 contre le Musée des civilisations islamiques à La Chaux-de-Fonds

asset-version-2ba05f7778-02806094

La manifestation du 11 juin contre le Musée des civilisations islamiques (MUCIVI) qui vient de s’ouvrir à La Chaux-de-Fonds, a finalement été annulée. Cette manifestation était convoquée par la récente recrue vaudoise de l’UDC Christine Bussat, appuyée par son parti et soutenue par le groupe «Les Déburqadères», qui prétends s’opposer à l’islamisation de la Suisse, et l’Association suisse vigilance islam (ASVI), qui « réunit des personnes préoccupées par l’islamisation de la Suisse et de l’Europe » et qui « considère que l’expansion de l’islam constitue la menace la plus grave qui pèse aujourd’hui sur la démocratie et la liberté dans notre pays », présidée par Mireille Vallette.[1]

Le projet du Musée des civilisations islamiques

La fondatrice du MUCIVI est Nadia Karmous, présidente de l’Association culturelle des femmes musulmanes, qui professe un islam conservateur et est proche de la mouvance réactionnaire des Frères Musulmans. Elle participe aussi aux travaux d’une commission de la Communauté pour l’intégration et la cohésion multiculturelle que préside l’ancien conseiller d’Etat PLR Roland Debély. Grâce au don d’une Qatari, Nadia Karmous, établie au Locle, a acquis l’immeuble en 1999 pour 850 000 francs et, s’appuyant toujours sur des dons provenant de dames fortunées des monarchies du Golfe, a transformé son intérieur pour 2 millions. Elle y a installé le bureau de son institut, une grande bibliothèque, et elle loue des salles aux communautés musulmanes locales, des appartements et un espace à la société Weight Watchers. C’est aux deux premiers niveaux de cet immeuble que s’est ouvert le MUCIVI qui est présenté comme « un musée sans collection, qui raconte l’histoire de 15 siècles de civilisations musulmanes, au pluriel, au travers de six chapitres, de la période du prophète aux civilisations actuelles éclatées, en passant par les savants du Moyen Âge». Le musée aura aussi des expositions temporaires et ouvrira des débats sur les questions actuelles. Le programme n’est pas encore établi.[2] Pour financer le fonctionnement de son musée, Nadia Karmous et la fondation qu’elle a créée projettent de construire, aux abords du musée, deux immeubles locatifs et commerciaux pour 22 millions de francs, avec 57 logements «qui seront ouverts à tout un chacun», comprenant aussi une grande salle de prière et une piscine privée ouverte alternativement aux femmes et aux hommes musulmans.[3]

Une visiteuse de la Chaux de Fonds du musée a écrit dans une lettre ouverte dans un journal l’Express que « Ce qui manque, ensuite, et cela me semble plus préoccupant, c’est une véritable ouverture à toutes les formes de l’islam et à toutes ses «civilisations». Il est par exemple peu question du soufisme et de ce qui accompagne ce mouvement, lui-même fort divers, comme il est peu question de l’islam non arabe » et s’est plainte du prix cher de l’entrée du musée 20 fr. pour les adultes et 7 fr. pour les enfants, qui le rend inabordable selon elle.[4]

Une opposition islamophobe au musée 

Avant tout, n’oublions pas le contexte général suisse. Le projet de musée, ni même son contenu ne semple être fondamentalement le véritable problème, malgré l’accusation portée par certains de s’opposer à ses promoteurs, mais bien la volonté de certains acteurs d’extrême droite d’instrumentaliser la création de ce centre pour relancer les campagnes islamophobes contre les populations musulmanes.

Le maintenant ex-municipal UDC Jean-Charles Legrix (fondamentaliste chrétien notoire) a déclaré que ce centre est un prélude à un «futur Tchaulenbeek» (référence au quartier bruxellois de Molenbeek). Pour le mouvement “Déburqadères”, dans un post facebook du 26 mai, l’objectif de la manifestation du 11 juin, finalement annulée à cause selon elle des “casseurs” et des “désaxés islamo-gauchistes”, : « est de conserver notre ‪liberté, notre ‪culture, et nos ‪traditions… Notre but est de préserver la sécurité de notre pays…» avant d’ajouter « Nous sommes convaincus que votre motivation à marcher le 11 juin n’est pas la haine ni la peur de l’islam, mais le radar-vigilance contre la naissance d’un terreau dangereux ressemblant à certains autres ayant fait leur preuve, comme Molenbeek,».[5] Dans les deux cas toute une population d’un quartier, Molenbeek, est dénoncée comme fondamentalistes terroristes…

Pour Mireille Valette, présidente de l’ASVI et connue pour ses frasques islamophobes et qui a dit de nombreuses reprises que «L’islam est totalement incompatible avec la démocratie »[6], elle écrit après l’annulation de la manifestation à cause selon elle de «l’extrême gauche totalitaire et ses faux-culs », que: « Les mosquées et leurs organisations n’ont pas encore compris qu’une grande partie de la population est exaspérée de les voir s’acharner à nous présenter leur religion sous un jour radieux alors qu’ils n’engagent pas le moindre examen critique à propos de toutes les d’atrocités qui naissent de la matrice islamique.»[7] Elle dit dans un autre interview avec le groupuscule fascisant de France « Riposte Laique », pour qui elle contribue souvent, que « l’UDC est le seul autre allié dans cette lutte » contre l’islamisation de la société  avec le Mouvement Suisse contre l’islamisation (MOSCI), proche justement du groupe Riposte Laique.[8] Dans son livre Boulevard de l’islamisme publiée en 2012, Mireille Vallette cite d’ailleurs plusieurs fois l’UDC valaisan, Oskar Freysinger. dont elle dit partager les positions sur l’islam.[9] L’Association suisse vigilance islam (ASVI) qu’elle préside, rejette « comme trompeuse l’idée d’un cloisonnement étanche entre islam et islamisme » et ajoute que «l’islam poursuit son expansion mondiale par la force et l’intimidation» .[10]

D’ailleurs le MOSCI a également été distribué il y a quelques semaines à La Chaux-de-Fonds un tract intitulé “Pour la civilisation – Contre l’obscurantisme”. A partir de citations du Coran, le texte dénonce l’islam comme source de soumission, antithèse de la démocratie, facteur de haine et de mépris de la femme. Il faut savoir que le MOSCI a aussi des liens avec le député UDC Jean Luc Addor[11] qui avait retweeté le message du site d’extrême droite Riposte laïque avec ce propos: «L’Islam est une saloperie soutenue par des salauds traitres et collabos.» en aout 2014. Une semaine plus tard, Il écrivait «On en redemande!» sur ses comptes Twitter et Facebook peu après l’annonce de la fusillade qui a fait un mort vendredi dans un lieu de culte musulman à Saint-Gall en aout 2014. Avant cela le 14 juin, il avait écrit sur un tweet « Pour combattre l’islam, une seule ligne de défense : pas la laïcité, l’affirmation de nos convictions chrétiennes ».[12]

Tous ces éléments nous démontrent que ces groupes et personnes ne sont pas mus de motivations de défenses de droits démocratique et de droit des femmes, ni même de laicité. L’UDC, défenseur historique de la soumission des femmes et de leur renvoi au foyer, et Mireille Valette étaient d’ailleurs déjà en faveur de la votation en 2009 pour l’interdiction de constructions de nouveaux minarets en Suisse. Mireille Valette déclare d’ailleurs en parlant de l’Islam « Je n’aime pas cette religion, qui porte en elle des choses inacceptables ».[13] Encore une fois comme on peut le voir, il ne s’agit pas d’une l’idéologie politique particulière qui est attaquée, mais une religion dans son entièreté et sans nuances et toute une population sans distinction. L’Islam et les populations musulmanes sont la cible. Cela s’inscrit toujours dans des campagnes islamophobe de plus en plus intense et violente menée par l’UDC et assistée de quelques autres petits groupes d’une galaxie multiples entre des groupuscules fascistes, soi disante féministes et soi défenseurs de la laicité que seul leur haine de l’Islam et des musulmans réunissent, etc… Les initiatives et attaques contre la religion islamique ne s’arrêtent pas, regardons depuis 2015. En Janvier 2015, l’UDC fribourgeoise lance son initiative contre le centre «Islam et société » de l’université de Fribourg. En février de la même année, l’UDC valaisanne lance la campagne pour l’initiative contre le voile à l’école « pour des têtes nues à l’école ». Durant le même mois, l’UDC de Vétroz s’oppose à l’ouverture d’un centre de prière dans le village. En Octobre 2015, une publicité pour les candidats UDC circule sur internet. On y associe directement l’Islam à des images de violence. Cette publicité, renommée « État islamique », est publiée dans le Nouvelliste. Cela coïncide avec l’opposition de l’UDC Martigny à une salle de prière ouverte à Martigny.[14] En Novembre 2014, c’est Pierre Cassen, cofondateur du site Riposte Laïque en France et condamné en 2012 pour incitation à la haine raciale suite à la publication d’éditoriaux attaquant les musulmans, qui est invité à une assemblée générale de l’UDC sédunoise. Durant cette conférence il avance ensuite plusieurs arguments visant à prouver que l’Islam n’est pas une religion, mais un projet politique totalitaire. [15]

Il faut ajouter également que face aux prétentions de Mireille Vallette de se présenter comme féministe de même que le groupe “Déburqadères”, nous défendons un mouvement de libération des femmes qui s’est exprimé le 11 juin à Genève lors de la manifestation Slutwalk avec la pancarte « Décolonisons nos luttes, n’utilisons pas le féminisme à des fins racistes». Les féminismes de luttes ne peuvent en effet devenir les alliés de l’extrême droite sans perdre toute signification. Une approche intersectionelle est nécessaire. La question des femmes ne peut être en effet être séparée de l’analyse globale des méfaits du capitalisme et d’autres problèmes majeurs comme le racisme. Il s’agit dès lors de comprendre comment les différentes formes d’oppressions (de classe, de «race», de genre…) convergent et s’entrecroisent, sans les hiérarchiser. Au risque de tomber dans une forme «d’économisme» supposant que la lutte des classes résoudra d’elle-même le problème du sexisme. Or la fin du capitalisme peut réunir les conditions matérielles pour la fin du sexisme ou du racisme, mais non leur fin en tant que telle.

De même nous n’avons pas vu ces groupes s’exprimer contre les mouvements d’extrême droite en Europe qui se développent et s’attaquent aux droits des femmes et des LGBT. Ce n’est par exemple pas les mouvements salafistes qui constituaient ou bien étaient à la tête des mobilisations de l’énorme majorité des manifestant-es contre le mariage pour tous en France, mais bien les personnes et groupes mobilisées par l’église catholique et les organisées liées aux mouvements conservateurs chrétiens de droite.

 

Des champions des droits démocratiques de tous et toutes

Nous sommes opposés et combattons l’idéologique politique réactionnaire des Frères Musulmans, dont Nadia Karmous est proche, le musée des civilisations de l’islam inauguré à la Chaux-de-Fonds n’est manifestement pas un musée de propagande de la mouvance en soi, mais il porte une certaine vision historique de l’islam propre à sa compréhension de la religion et à celle de ses bailleurs de fonds, donc loin d’être partagée par tous les musulmans.

Et si ce centre a la vocation par la suite, dans le futur, de devenir un centre pour la diffusion d’un message religieux réactionnaire au sein des populations musulmanes et d’essayer de les organiser sur une base réactionnaire, nous le combattrons idéologiquement avec d’autres forces progressistes et soutiendrons le cas échéant les personnes et groupes musulmans progressistes et autres voulant constituer un autre centre religieux et ou musée sur une perspective plus progressiste et inclusive, mais nous ne pouvons pas nous opposer au droit de ce centre d’ouvrir ces portes.

Notre opposition politique et idéologique ne peut en effet et ne doit pas se faire aux dépends de la défense des droits démocratiques. Comme le disait le révolutionnaire Trotsky “La défense des droits démocratiques élémentaires n est pas sélective en fonction de la nature sociale ou politique des victimes ou de leurs organisations, il faut apparaitre comme les pionniers de la libération….” et cela particulièrement avec la montée des mesures et lois liberticides partout en Europe, y compris en Suisse. Une réflexion à avoir pour certains qui accusent les miltant-es d’islamo-gauchismes pour simplement défendre simplement des droits démocratiques fondamentaux, sans distinction.

De plus soyons clairs, l’idéologie supposée de Nadia Karmous proche des Frères Musulmans, n’est pas la cible comme déclarée par les personnes et groupes mentionnés dans le texte mais bien la religion islamique et les populations musulmanes en Suisse et ailleurs comme nous l’avons vu à travers le texte. L’islamophobie ne distingue en effet pas entre les individus de confession musulmane, qu’ils soient athées, libéraux ou conservateurs. Les discriminations à l’embauche, dans la recherche de logement ou encore la focalisation sur les protestations contre des centres avec une identité musulmane le témoignent. Dans cette perspective, notre priorité doit être de s’opposer à ces campagnes islamophobes promues par l’extrême droite, des groupes islamophobes et même relayée par des groupuscules fascistes. Cela se déroule il ne faut pas l’oublier dans un climat islamophobe toujours plus important entretenu par nos médias et les élites dirigeantes. De plus penser que l’on peut combattre le fondamentalisme religieux de type salafiste en soutenant des politiques liberticides n’est pas seulement contre productif, mais plus encore une recette pour la défaite pour les forces progressistes. Les mouvements fondamentalistes du type salafiste se nourrissent en effet de l’exclusion sociale et politique et des politiques racistes contre les populations musulmanes pour recruter des nouveaux membres, sans oublier les interventions impérialistes des états occidentaux ou soutiens de ces derniers à des dictatures au Moyen Orient qui aussi servent de matrice de recrutement.

Cela signifie t’il qu’on minimise ou renonce à combattre les mouvements fondamentalistes religieux de type salafiste et autres en Europe ? Bien sur que non, bien au contraire comme expliqué plus haut dans le texte, nous combattrons toute idéologie réactionnaire, qui n’est d’ailleurs pas limité à l’Islam, dans tous les milieux, toute les attaques contre les droits des femmes, LGBT et autres. Un des meilleurs moyens d’ailleurs pour lutter contre les fondamentalismes religieux ou groupes réactionnaires, ce sont les luttes en communs des classes populaires, dans toutes leurs diversités, sur nos lieux de travail contres les politiques néolibérales, mais aussi dans les luttes démocratiques comme les luttes anti-racistes qui unissent les populations d’horizons différents. C’est l’expérience des luttes en commun des classes populaires qui cassent les barrières ethniques, confessionnelles et autres et permettent des constructions de cadre progressiste et démocratique.

La Suisse n’est pas menacée par l’islamisation de sa société, mais par la montée des groupes d’extrême droite, de la montée des racismes et de l’islamophobie qui divise les classes populaires, de toutes les religions et nationalités confondues, sur fonds de politiques néolibérales qui appauvrissent les populations entières, y compris les populations musulmanes. Dans ce cadre, L’UDC, premier parti politique de Suisse, est le plus grand danger du pays avec ses politiques au service des classes bourgeoises et des racistes de tout poil, et sans oublier leurs positions contre l’émancipation et l’avancée des droits des femmes et populations LGBT.

Pour la défense des droits démocratiques fondamentaux, contre l’extrême droite, les islamophobes et les mouvements religieux fondamentalistes

Joseph Daher

16 juin 2016

[1] http://www.vigilanceislam.com/index.php/qui-sommes-nous/notre-charte

[2] https://www.letemps.ch/suisse/2016/04/11/chaux-fonds-un-musee-dedie-aux-civilisations-islam

[3] https://www.letemps.ch/suisse/2016/04/11/chaux-fonds-un-musee-dedie-aux-civilisations-islam

[4]http://expressjournal.arcinfo.ch/epaper/xml_epaper/Lexpress/08_06_2016/pla_1262_Express/xml_arts/art_16658364.xml

[5]https://www.facebook.com/596914640483919/photos/a.596943473814369.1073741827.596914640483919/599074726934577/?type=3&theater

[6] https://www.letemps.ch/2012/10/11/pasionaria-anti-islam

[7] http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2016/06/01/l-extreme-gauche-totalitaire-et-ses-faux-culs-ont-gagne-mani-276569.html

[8] http://ripostelaique.com/suisse-gauchistes-interdisent-manifestation-contre-islamistes.html

[9] https://www.letemps.ch/2012/10/11/pasionaria-anti-islam

[10] http://www.vigilanceislam.com/index.php/qui-sommes-nous/notre-charte

[11]http://lobbywatch.ch/fr/daten/organisation/2662/Mouvement%20Suisse%20Contre%20l’Islamisation

[12] https://www.letemps.ch/opinions/2014/08/25/udc-valaisan-jean-luc-addor-declenche-une-tempete-tweets-haineux

[13] https://www.letemps.ch/suisse/2015/06/21/pasionaria-anti-islam-mireille-vallette-passe-action

[14] https://collectifvive.ch/nos-arguments/contre-lislamophobie/

[15] https://www.letemps.ch/suisse/2014/11/27/critique-islam-sert-ciment-udc

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s