Les procédés sont connus, mais les acteurs changent

Lorsqu’on parle des crimes commis par Israel contre les populations civiles de la bande de Gaza et du Sud Liban, beaucoup à droite, des libéraux et pro état Israel, nous rétorquent oui mais Hamas et Hezbollah aussi commettent des crimes, même moindre, et ils sont réactionnaires. Donc selon ces derniers, il faut mettre dos à dos les deux acteurs et leurs crimes. Aujourd’hui on voit un discours similaire, mais cette fois appuyé par une certaine partie de la « gauche », se développer concernant la Syrie, les deux côtés (dichotomie simpliste « régime et « rebelles » mais je ne m’attarderai pas dessus dans ce commentaire), commettent des crimes, et il faut donc condamner tous les acteurs de la même manière, même si il est généralement admis (quand même) que les forces pro régimes commettent plus systématiquement et de manière plus massive des crimes. 

Il y a bien sûr des différences entre le cas d’Israel (état colonial de peuplement, et d’apartheid) et Syrie (régime autoritaire patrimonial dirigé depuis plus de 40 ans par une famille) que je ne développerai pas maintenant, et je suis dans le cas de la Syrie pour la condamnation systématique des attaques sur les civils. Mais dans les deux cas, dans les discours que j’ai mentionné plus haut, il y a une volonté d’égaliser oppresseurs et opprimés et de ne pas pointer du doigt le responsable principal et sans « oui mais »… d’oublier l’origine du contexte politique, (pourquoi en somme nous arrivés là), qui a commencé la répression, d’oublier la différence des moyens de guerre entre les deux acteurs, d’oublier d’un côté le système d’oppression généralisé d’apartheid, raciste et colonial d’Israel depuis des décennies, les invasions et bombardements répétés d’Israel du Liban et de l’autre le régime autoritaire et oppressif assadien avec son lot de morts et déplacements massifs, etc… On oublie également le rôle joué par Israel et régime Assad dans la répression des groupes démocratiques et progressistes pour favoriser le développement de groupes confessionnels et fondamentalistes religieux… On oublie également qu’on peut être un opposant radical à Hamas et Hezbollah, et des groupes fondamentalistes religieux en Syrie du type Daech, Al-qaeda, Ahrar Sham, Jaysh al-Islam, de leurs politiques autoritaires et autres, tout en s’opposant à des guerres meurtrières contre les populations civiles de Gaza et du sud Liban et de Syrie au nom de la lutte contre le terrorisme ou soi disant « légitime défense »… etc…

Penser qu’on peut mettre fin à ces groupes par des guerres est faux, bien au contraire cela les renforce si on ne change pas les conditions d’oppressions. On devrait s’opposer à Israel et au régime Assad et autres régimes autoritaires et leurs guerres et en même temps soutenir et créer les conditions pour permettre aux groupes démocratiques et progressistes de lutter pour un changement radical de leur société qui eux défieront Hamas et Hezbollah et autres groupes fondamentalistes islamiques qui sont bien sûr loin de représenter des alternatives démocratiques et progressives.

Ces nuances que certains à « gauche » arrivent à comprendre pour le cas de la Palestine et du Sud Liban, sont bizarrement effacés ou ignorés dans le cas de la Syrie… à bon entendeur

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s