Soudan – LES FEMMES AU COEUR DES MOBILISATIONS

Les femmes ont joué un rôle essentiel au sein de la contestation au Soudan depuis décembre 2018, et continuent de le faire depuis la chute du dictateur al-Béchir en avril 2019.

Continue reading

Advertisements

France – NOUVELLE ATTAQUE ISLAMOPHOBE ET SEXISTE

Le 15 mai dernier au sénat, un amendement à la loi Blanquer dit « école de la confiance » a élargi l’interdiction du port de « signes religieux » aux parents accompagnant les sorties scolaires.

Autrement dit, il en exclut les mères d’élève voilées. La laïcité, au travers la loi de 1905, est à nouveau déformée et détournée à des fins racistes.

Pour rappel, depuis la circulaire Chatel de 2012, les cas de directeurs·trices d’établissement scolaires refusant de laisser entrer des mères d’élèves dans des écoles se sont multipliés. Cette circulaire a bien été remise en cause par un arbitrage du Conseil d’État en 2013, mais les dégâts sont déjà importants et ne faisaient que consolider les politiques racistes de l’État.

En plus de discriminer et d’humilier à nouveau les mères musulmanes qui choisissent de porter un foulard, ce projet va à l’encontre de l’école pour toutes et tous et risque d’interdire ou de limiter fortement les sorties scolaires dans certains quartiers populaires. D’autant que ces femmes sont issues pour leur grande majorité des classes populaires que l’école tend déjà très souvent à exclure ou à culpabiliser.

Même si l’amendement est rejeté par le gouvernement et sera probablement finalement rejeté par l’Assemblée nationale, ce vote va encore renforcer l’islamophobie ambiante au sein de la société française nourrie et encouragée par les politiques racistes de l’État français.

Solidarité avec tous ceux et toutes celles qui résistent contre cette loi réactionnaire et pour une école pour toutes et tous sans discriminations.

JD

Article publié dans le journal solidaritéS

https://www.solidarites.ch/journal/d/article/9259?fbclid=IwAR0M-uLqFUN-Einjht7nejzWyNmBN-pGEXMkShOqIywc4GKKMKlOtgbTM74

France / Italie – DES DOCKERS REFUSENT DE CHARGER DES ARMES POUR LE ROYAUME SAOUDIEN

Ces dernières semaines, des tentatives de livraison de munitions pour des canons Caesar et d’autres types d’armement à destination de l’Arabie Saoudite ont été interrompues par la mobilisation des dockers dans trois différents ports en France et en Italie.

Au début du mois de mai, une manifestation sur le quai du port du Havre où devait accoster le navire le 9 mai et la menace d’un refus des dockers de charger la cargaison, ont empêché cette livraison une première fois. Le 20 mai, c’était le tour des syndicats italiens de refuser de charger des marchandises sur un navire saoudien transportant des armes afin de protester contre la guerre qui Riad mène au Yémen et en déclarant leur refus d’être complices des crimes commis au Yémen. Les dockers se sont mis en grève et ont refusé de travailler jusqu’à ce que le navire quitte le port de Gênes.

À la fin du mois de mai, un cargo saoudien était à nouveau empêché de charger la cargaison de canons Caesar à la suite de la mobilisation des dockers du port de Marseille-Fos. Le syndicat CGT des dockers a publié un communiqué justifiant cette décision en déclarant notamment que « Fidèles à leur histoire et valeurs de paix […] ils ne chargeront aucune arme, aucune munition pour quelle guerre que ce soit ».

Saluons ces actions de résistances anti-impérialistes des dockers!

Article publié dans le journal de solidaritéS

https://www.solidarites.ch/journal/d/article/9273?fbclid=IwAR1Agtlns0Jh-m_DzcPjD37b8ikm_ME72Pk9b5wRiIbLdmHtiD8z7i0FYZ0

Syria’s manufacturing sector: the model of economic recovery in question

“This research report seeks to analyse the situation of Syria’s manufacturing sector, which could be a key element to the stability of the country’s economy. What are the main challenges and obstacles involved in the redevelopment of the sector? What are the Syrian government’s policies to alleviate the difficulties of Syrian manufacturers and what are the contrasting positions of different members of the economic elite in the country? The paper discusses Syria’s current model of economic recovery, which is far from guaranteeing a rebirth of the sector in a near future”

To read the paper follow the link: http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/62927/MED_2019_08.pdf?sequence=2&isAllowed=y&fbclid=IwAR1DZNzvrrpdPZN9E_CO8cXFRGQ16R9VFq1-xEAans1bh0JXbg5G0n16rek

Algérie et Soudan, DE NOUVEAUX ESPOIRS POUR LA RÉGION?

Les soulèvements populaires soudanais et algériens ont ravivé des espoirs, bien que prudents, dans la région. Les processus révolutionnaires débutés à la fin 2010 et au début 2011 démontrent encore toute leur actualité.

Dans les deux pays, le renversement des personnalités à la tête de ces régimes est loin d’avoir été suffisant pour les manifestant·e·s. Les appels à continuer les manifestations et les oppositions face à ces régimes et à leurs représentants se sont multipliés, afin d’obtenir de réels changements politiques et socio-économiques en faveur des classes populaires.

Continue reading

Pluralism Lost in Syria’s Uprising

One of the most painful unanswered questions of the Syrian civil war is how an uprising touting the values of democracy, universal rights, and inclusion devolved into an international conflict, with multiple foreign interventions, in which sectarian and ethnic tensions rose considerably. The regime of Bashar al-Assad has argued it was fighting the forces of extremism from the beginning. The narrative of the secular opposition is that the Assad regime intentionally allowed extremist foes to flourish while crushing other activists, in order to discredit the uprising; the opposition was further doomed to failure by the interventions of foreign powers, both regional and global.

While secular activists’ position is closer to the truth, it still omits an important part of the reason for the revolution’s failure. Syria’s mainstream opposition failed to articulate an inclusive definition of citizenship and an inclusive alternative that could allay the fears of minorities, secularists, and other sectors of the society—including Sunnis, who opposed the Assad regime but failed to see a place for themselves in the future envisioned by the armed opposition. Regime violence, repression, and international support best explain the Assad regime’s resilience, but the opposition’s own platform still bears scrutiny. The armed opposition’s failure to craft a compelling vision of Syrian citizenship and an inclusive alternative explains a significant degree of the limits on its popular appeal. It was never able to reflect the inclusive appeal of the initial protest movement that gathered large sectors of the Syrian population from various backgrounds.

Read the rest of the article on the following link:

https://tcf.org/content/report/pluralism-lost-syrias-uprising/?fbclid=IwAR3ncWCxnh1PcBKaNAjP92okMhamnq_0cCpAqm-FLOulalhb4tPtnRf1F3I